Une approche du coaching à travers le dessin

Daniel Do est un illustrateur bien connu sur les réseaux sociaux. On retrouve souvent ses portraits (le mien par exemple) comme image de profil sur nos comptes Facebook, Google +, Instagram ou Pinterest.
Il maîtrise l’art du portrait.

En dialoguant avec lui, j’ai immédiatement fait le rapprochement entre le coach (1) et le portraitiste (2),
et je me suis posé la question suivante :

« quand un dessinateur réalise le portrait d’une autre personne que cherche-t-il à représenter ? »

denis-gentile-by-daniel-do-twitter

J’y réponds de deux façons :

  • il ne met rien de son portrait, aucune caractéristique qui lui appartient : ni ses yeux, ni sa bouche, ni son nez, ni ses cheveux, etc. C’est évident. Ce n’est pas lui qu’il veut représenter, c’est l’autre. Ce qu’il y a de lui dans ce portrait de l’autre, c’est bien sûr son style.
  • Il dessine les traits de l’autre personne comme le regard ou le sourire. Là aussi, c’est évident.

Si j’ai voulu faire cette comparaison, c’est pour tenter de mieux comprendre le rôle du coach. Le dessinateur est semblable au coach.

Il va donner à l’autre une image de soi, il va le faire le plus fidèlement possible.

Les métaphores sont utiles, elles nous permettent souvent de mieux appréhender une réalité. Alors quand on veut se mettre dans la position du coach, l’image du dessinateur qui réalise le portrait d’un autre peut nous aider.

Par exemple, lors d’une séance de coaching, cela nous évitera de plaquer sur l’autre nos traits et les événements de notre vie, pour nous concentrer uniquement sur les traits et les événements de la vie de l’autre.

Ce dialogue avec Daniel Do a commencé avec une mitraillade de questions qui ne l’a en rien effrayé :

  • « Quand tu réalises un portrait, que fais-tu ? Que regardes-tu ? Quels sont les éléments que tu prends en considération ? Que se passe-t-il en toi ? Quel est l’objectif d’un portrait ? Est-ce que c’est la ressemblance ? Y a-t-il quelque chose d’autre au-delà de la ressemblance ? Est-ce que tu parles d’abord avec la personne et que lui demandes-tu ? Quelle est la chose la plus importante dans un portrait ? »

Je précise que ce sont les questions d’un blogueur, un coach ne procéderait jamais de cette façon !

daniel-do-by-daniel-do« Merci pour ces questions Denis.

Des questions aussi simples que complexes pour moi car je dois décortiquer mon cheminement mental lorsque je créé. Je vais faire au mieux pour répondre et dans le même temps, me comprendre moi-même.

Quand je réalise un portrait, je pense avant tout à me projeter devant le rendu final. Je prends le temps d’observer la photographie originale et tente de dégager ce qui fera le plus sens. Cela peut être un regard, l’expression du visage ou l’ambiance générale de la photographie. Cela peut être aussi tout à la fois !

Ceci étant dit, l’élément que je prends le plus en considération reste quand même le regard. C’est de là que commence quasiment toutes mes créations de portraits, que ce soit fictif ou à partir d’une image réelle. Il s’agit toujours pour moi du reflet de l’âme, qui surpasse de loin toute considération expressive des muscles d’un visage.

Ensuite, pour l’aspect pratique (même si pour moi il n’y a pas réellement d’ordre préétablie pour dessiner un portrait), je place d’abord les traits principaux, les yeux, les contours que j’estime utile pour le portrait, etc.

Étant avant tout un adepte du noir et blanc, je pars d’une première couche simple et épurée. Par la suite, je commence à travailler les différentes touches de couleurs. Mon travail n’étant pas une science exacte, cela peut prendre plus ou moins de temps avant que je sois satisfait de la base.

Mon objectif n’est PAS d’avoir un rendu photo (réaliste) d’un portrait. Mes modestes compétences ne me le permettent pas d’une part, et de l’autre j’ai toujours préféré un rendu qui soit proche d’un aspect réaliste, tout en maintenant un côté sublimé, voire ésotérique.

Enfin, il peut m’arriver de demander des informations supplémentaires lorsque j’ai une demande (couleurs des yeux, ambiance voulu) mais il faut croire que l’on me fait suffisamment confiance pour travailler. »

Les réponses de Daniel Do sont remarquables. Je laisse les experts en coaching les analyser.
Les commentaires sont ouverts.

Denis Gentile

(1) Et si vous aussi décidiez de devenir coach ?  Les prochaines formations.
(2) Et si vous aussi aviez un portrait signé Daniel Do ? L’offre portrait.